top of page

Comment le drame de Charles Lindbergh inspira Agatha Christie dans Le Crime de l'Orient-Express ?


C’est ce drame affreux, survenu aux Etats-Unis en 1932 qui va donner l’idée à Agatha Christie de construire son roman, plusieurs fois adapté sur les écrans, Le Crime de l’Orient Express… En plus, elle y conjuguera son expérience (de 1928) du luxueux train, le Simplon-Orient-Express qui rejoignait Constantinople en moins de trois jours et qu’elle avait emprunté pour rejoindre l’Irak : l’évocation des cités sumériennes attisait la curiosité de cette amatrice archéologue.


Le drame de Charles Lindbergh et de son bébé inspira Agatha Christie !
Le drame de Charles Lindbergh inspira Agatha Christie

1928 avait sonné l’année de son divorce d’avec Archie Christie. Peinée, elle décide de se changer les idées et réserve un aller pour les Antilles… Mais la rencontre fortuite avec un couple rentrant d’Irak (Des fouilles archéologiques venaient d’y être lancées) la fait revenir sur sa décision et c’est à Bagdad qu’elle partira, en qualité d’amatrice archéologue !

Pour y aller, elle réalisera un rêve et décide de prendre le Simplon-Orient-Express dont elle avait souvent admiré les wagons bleu et or en gare de Calais et qui rejoint Istanbul en moins de trois jours.


La tempête de neige qui immobilise l’Orient-Express n’est pas inventée : il y avait bien eu un tel évènement météorologique en février 1929 où les températures avaient baissé jusqu’à –20 degrés Celsius et où le personnel et les passagers avaient dû survivre pendant six jours, affamés et angoissés. On raconte qu’un passager avait tué un loup trop téméraire qui avait fini dans les casseroles du chef de cuisine du train.


Par ailleurs, en 1930, dans un autre voyage sur l’Orient-Express, Agatha Christie avait été bloquée dans le train durant deux jours à cause d’inondations sur la voie ferrée.

Cette histoire avait plu à la reine du crime qui avait pu imaginer beaucoup de scènes pour son roman, liées aux thèmes de l’enfermement, du huis-clos et de la mise en contact forcée de parfaits inconnus.


Le drame de Charles Lindbergh inspira Agastha Christie ! Ce fut l’un des plus grands faits divers de l’époque. Charles-Augustus Lindbergh, (en photo ci-dessus) premier homme à survoler l’océan Atlantique en solitaire, s’était retiré, en compagnie de son épouse Anne, dans la campagne du New Jersey à East Amwell, loin de l’agitation et des regards. Le 1er mars 1932, leur bébé d’à peine dix-neuf mois, est enlevé à la tombée de la nuit et les kidnappeurs réclament une rançon de 50 000 dollars (passée plus tard à 70 000) pour que l’enfant soit rendu aux parents.


Créant une onde de choc dans toute l’Amérique, cet enlèvement devient l’affaire de tous, et notamment du Bureau d’Investigation, ancêtre du FBI. Les Lindbergh, bien évidemment, acceptent de payer la rançon, mais pourtant, le 12 mai 1932, le corps de l’enfant est retrouvé au bord d’une route, à quelques kilomètres du domicile des parents. L’autopsie démontrera que le bébé avait été assassiné dès qu’il avait été kidnappé.


En avril, la gouvernante des Lindbergh, soupçonnée de complicité, se suicide. Elle avalera du cyanure.


L’enquête tourne en rond et aucun suspect ne fut arrêté. Pourtant, le 19 septembre 1934, un menuisier de nationalité allemande, Bruno Richard Hauptmann, fut arrêté pour le meurtre du bébé Lindbergh et en 1936, le 3 avril, il était condamné à mort (chaise électrique) même s’il avait toujours clamé son innocence, malgré le fait que lors de son arrestation, la police avait retrouvé une partie de la rançon.


Le roman d’Agatha Christie sortira avant l’arrestation du criminel, le 1er janvier 1934, ce qui lui aura permis de proposer, elle-même, sa vision des faits : elle change le sexe du bébé et le petit garçon devient Daisy Armstrong. Nous n’en dirons pas plus…


Enorme fait divers et voyage dans l’Orient-Express constitueront le point de départ de l’écriture de l’un des plus célèbres romans policiers de notre époque. Agatha Christie assistera en 1974, à la première de son roman, adapté au cinéma par Sydney Lumet et où le rôle de son détective belge fétiche, Hercule Poirot, sera joué par Albert Finney. La Reine Elizabeth II, férue de romans policiers, y assistera et ira saluer l’autrice.


LLe drame de Charles Lindbergh inspira Agastha Christie !
Le drame de Charles Lindbergh inspira Agatha Christie !

Deux reines dans une même salle de cinéma pour saluer l’originalité sans égal d’un roman lu et relu par plusieurs générations depuis presque 90 ans !

Comments


bottom of page